info
×

Le 6 juillet, des groupes et mouvements proches de l'extrême gauche ont appelé leurs sympathisants à se réunir pour se lever contre le G20 de Hambourg. Pour l'occasion, le groupe informel et transnational des "Blacks blocks"  s'était réuni.



Reportage réalisé pour Open Diplomacy

Anarchistes, antifascistes, associations QLGBT ou encore ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne), à l'origine du mouvement altermondialiste dans la fin des années 1990, étaient présents. 

 Près de 10 000 personnes se sont réunies le vendredi 6 juillet. Bloquée près de 200 mètres après son point de départ, la foule s'est vite confrontée à un mur de policiers. Des heurts ont rapidement éclaté. Les jets de différents projectiles trouvant comme réponse charges de C.R.S. et jets de canons à eau visant à disperser la foule. 

Entourés par les forces de l’ordre, les manifestants sont repoussés sur les bordures de la rue, et sont poussés à sauter les murs qui la bordent. Au total, 20 000 policiers avaient été déployés à Hambourg à cette occasion, auxquels il faut ajouter la venue de renforts dès le samedi.  

Sur la journée du jeudi, 76 policiers auraient été blessés et près de 500 sur toute la durée du weekend. Concernant les manifestants, 186 personnes ont été interpellées sans que le nombre de blessés soit communiqué. 

Si la manifestation du 6 juillet est celle qui a regroupé le plus de manifestants, les heurts entre polices et mécontents des politiques globales ont continué toute la nuit et les jours suivants, avant que Hambourg ne retrouve sont calme le dimanche. 



©Paul Lorgerie.

Using Format