En août 2018, la ville d'Alindao, dans le centre de la République centrafricaine, était l'une des villes accueillant le plus de personnes déplacées à l'intérieur du pays. 



Cette arrivée de personnes résulte de l'explosion de combats entre des milices d'autodéfenses antibalakas et le groupe armé Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), en mai 2017. 



Sur cinq camps répartis dans et en périphérie de la ville, l'on comptait 37 000 personnes, soit près de trois fois la population initiale de la ville. 



Le plus grand d'entre eux, le site de l'Evêché qui comptait près de 20 000 personnes, a été brûlé en novembre 2018, faisant plus d'une centaine de morts. 












Reportage réalisé pour le compte de l'ONG Action contre la faim.

La ville, tenue par l'UPC, est entourée par des groupes d'autodéfenses ennemis, rendant difficile les entrées et sorties de la population dans le centre et donc les approvisionnements. 


L'hôpital, qui souffre d'un manque de personnel et surtout d'un personnel peu formé, accueille chaque jour de nouveaux enfants malnutris. Pour leur prodiguer les meilleurs soins, les équipes d'ACF soutiennent la structure. 

ACF soutient également un centre de santé, notamment sur le site de déplacés de l'Evêché, qui accueille la plus grande part des personnes déplacées. 


Arrivés après l'explosion des combats dans la région entre différents groupes armés, les habitants du camp ne bénéficient pas du stricte minimum pour vivre. 


ACF y donne de consultations gratuites pour les enfants et procède à des distributions de plumpy'nut, la célèbre pâte d'arachide utilisée contre la malnutrition aiguë sévère. 

En plus de donner des soins, l'ONG intervient auprès des mamans sur les différents site de déplacés. 


L'objectif étant d'adopter les bonnes pratiques pour éviter les différentes maladies, y compris la malnutrition aiguë sévère. 





























© Paul Lorgerie/2018

Using Format